Jeanne est une façonneuse, une modeleuse. Le choix du grès a été intuitif pour elle, sensible plus que technique. Elle aime ce qui reste brut et franc en cette matière, surtout quand il est chamotté.  Elle aime l’idée de donner à cette argile une allure qui n’est pas celle qu’on lui accorde traditionnellement : au lieu de la lourdeur et de la rusticité qu’on lui confère, elle tente de l’emmener vers la légèreté, le mouvement, la finesse. Il lui permet d’obtenir un résultat qui n’est pas que sophistiqué et délicat comme le ferait la porcelaine, il garde de sa rugosité, de son caractère.

Ses fils créatifs sont le féminin et l’expression du mouvement, entre représentation ou évocation, jouant de dualité : brut/raffiné, mat/brillant, matiéré/lisse. La dentelle souvent présente est envisagée comme le symbole de traditions ancestrales, de délicatesses surannées. Transposée sur l’argile elle peut être détournée, réinventée, bousculée. Elle semble prête à bouger, à se dérouler, moins figée, elle est différente, plus vivante, moins délicate, plus rugueuse et plus contemporaine. Elle est installée à Pleyben (29).