Kimmel Audrey

Très sensible à leur aspect naturel et brut, Audrey Kimmel travaille principalement le grès et la porcelaine. Sa démarche consiste à créer avec le courant de ses émotions et de son ressenti. Le choix du mode de façonnage se fait en fonction des pièces qu´elle souhaite réaliser. La nature est au cœur même de son univers artistique. Ayant grandi et vécu à la campagne, dans l’est de la France, elle a très tôt eu une relation très forte avec elle. Elle en garde un regard d’enfant, tout la fascine, l’émerveille …l’inspire. La nature qui l’entoure, celle qu´elle aperçoit au travers des vitres de son atelier, celle qu´elle côtoie lors de ses ballades sur les côtes Bretonnes, sa terre d’adoption depuis plus de 10 ans, est d´une telle richesse, d´une telle beauté, d´une telle force, qu´elle ne peut induire que le respect et l´humilité. La nature est également à son égard une grande source de matières premières : les argiles qu´elle a plaisir à façonner et à polir ; les pigments naturels et les végétaux qui lui apportent la couleur et la touche finale… sont autant d´éléments nécessaires à la naissance de ses œuvres.

Ses céramiques racontent une histoire, son histoire ….celle de la vie :

Du cocon enveloppant et doux, tel le ventre d´une maman au cocon chardon, emprisonnant et piquant, telle une carapace érigée par les aléas de la vie. De l´éclosion de la petite graine au fleurissement de la fleur qui se fanera avec le temps. De l´arbre qui s´enracine pour devenir fort et robuste. De l´enfant à l´adulte, riche de ses racines et de son histoire.

Interviews

Audrey Kimmel, n’est ni agricultrice, ni horticultrice, ni sylvicultrice, pourtant elle travaille la terre, qu’elle modèle entre ses mains pour y créer une nature imaginaire faite de cocons, de graines, d’arbres, de fleurs… La découverte de cette terre, « l’argile », est une histoire de rencontres : Celle de Pierre Evaldre en 2004. Il fut « l’Initiateur », son Maître, son guide. « Mets les mains dedans » lui disait-il. Elle l’a écouté, et y a pris goût.
Celle de Véronique Viala en 2006. Un voyage intérieur par l’art du senti et du toucher, qui a profondément changé sa manière d’appréhender cette matière.
Et enfin, celle déterminante de Céline Laurent Desor, qui lui a ouvert les portes de son école, le CPIFAC (Centre Professionnel International de Formation aux Arts de la Céramique), en 2008 et en 2015. Cette dernière année s’est concrétisée par l’obtention du Diplôme de Plasticien Céramiste de Niveau III.
C’est à la sortie de Boqueho, dans les Côtes d’Armor, en Bretagne, qu’Audrey Kimmel a ouvert son atelier en 2010.
Que ce soit dans son atelier, dans les écoles, les institutions mais également au sein du CPIFAC où elle intervient régulièrement en tant que formatrice, Audrey a mis un point d’orgue à cette notion de transmission.

Pouvez-vous nous décrire les étapes de votre travail du façonnage à la cuisson ? Ma démarche consiste à créer avec le courant de mes émotions et de mon ressenti. Je reste à l’écoute de la matière et adapte les différentes techniques (tournage, modelage aux colombins, à la plaque…) à la pièce qui prend forme. S’en suit un gros travail de finition (texture, matière, lissage, polissage, …), de séchage avant d’arriver à l’étape finale de la ou des cuissons.
Que vous enseigne chaque jour la lenteur de ce matériau ? La terre me rappelle à l’ordre : « Rien ne sert de courir ». Quand je crée, je m’enferme dans mon atelier et me mets dans « Ma » bulle, au sein de laquelle l’espace d’un instant je prends le temps de me poser, d’observer, de modeler, de façonner au rythme de la matière. Être à l’écoute de soi, être à l’écoute de la terre est indispensable à l’élaboration de son œuvre.

La nature est votre principale source d’inspiration. Quelle en est l’influence sur votre travail ?

La nature est au cœur même de mon univers artistique et est présente à toutes les phases de ma création. Elle est dans un premier temps ma première source d´inspiration. La nature qui nous entoure est d´une telle richesse, d´une telle beauté, d´une telle force, qu´elle ne peut induire que le respect et l´humilité. Elle est une œuvre d´art en perpétuel évolution face aux saisons et face à cette cohabitation, parfois difficile et douloureuse avec l´homme qui la pousse à se métamorphoser, très souvent de façon irréversible…. La nature est également à mon égard une grande source de matières premières : argiles, pigments naturels, végétaux… sont autant d´éléments nécessaires à la naissance de mes œuvres.

Votre premier métier était éducateur canin. A quel moment de votre vie, vous êtes-vous tournée vers la création artistique, et plus précisément vers la céramique ?

La pratique artistique a toujours fait partie de ma vie. Dans ma plus tendre enfance je passais déjà des heures un crayon à la main. La découverte de la terre ne s´est faite que bien plus tard, en 2004, grâce à la rencontre de P. Evaldre, qui m´initia au tournage. En 2006, je décide d´aller plus loin et entreprends un voyage à la découverte de moi-même, par le biais de la sculpture et du modelage. C´est ainsi que mon chemin croise Véronique Viala qui m´a fait aborder la terre par le senti. Les différents stages réalisés à ses cotés m’ont beaucoup apporté et ont été déterminants dans ma manière de travailler et « d’épouser  » la terre. Cela me paraît alors comme une évidence : la terre fait partie intégrante de ma vie. Je décide donc de quitter l’univers animalier, pour suivre en 2008, une formation professionnelle au CPIFAC à Nancy au coté de Céline Laurent, où je me perfectionne dans de nombreuses techniques. L´année se concrétise par l´obtention d´un diplôme de céramiste plasticien, avec mention très bien et félicitations du jury pour la réalisation d´une performance autour du thème du cocon.

Vous dites que vos céramiques racontent une histoire…

Mes céramiques racontent une histoire, la mienne, la vôtre….l´histoire de la vie. Du cocon enveloppant et doux, tel le ventre d´une maman au cocon chardon, emprisonnant et piquant, telle une carapace érigée par les aléas de la vie. De l´éclosion de la petite graine au fleurissement de la fleur qui se fanera avec le temps. De l´arbre qui s´enracine pour devenir fort et robuste. De l´enfant à l´adulte, riche de ses racines et de son histoire.

Pour Zenitude, vous n’utilisez pas seulement la céramique, mais aussi des kakémonos sur lesquels sont représentés des arbres. En quoi complètent-ils votre propos ?

Les Kakémonos sont en lien direct avec l´éclosion de cette graine, symbole de ce  temps qui passe… Ils représentent l´arbre, symbole d´élévation, de vie, de régénération.

L’arbre communique avec la terre où il développe ses racines mais aussi avec le ciel, au travers de son tronc et de ses branches qui tendent vers la lumière solaire et où son feuillage, renouvelé chaque année, concrétise la loi cyclique naturelle. En cela, l’arbre est comme  cette graine, comme l’homme qui naît, grandit  et tend à élever son âme. Néanmoins, la nature contrairement à l´homme ne court pas après ce temps qui passe. Elle s´adapte et évolue  au grès des saisons.

Il se dégage une ambiance douce, apaisante de votre installation. Que souhaitez-vous que le visiteur ressente en la voyant ?

A l´heure du tout instantané, nos modes de vie sont eux aussi passés à l´ADSL. Les maîtres mots sont « Vivre à toute vitesse ». L´homme du 21ème siècle a appris malgré lui à courir après le temps qui passe, sans jamais pouvoir récupérer le temps perdu. Sa quête ne serait- elle finalement pas plus légitime, s´il réapprenait à prendre son temps … pour mieux apprécier l´instant présent

Prendre le temps d´éclore…

Prendre le temps de grandir…

Prendre le temps de s´épanouir…

Prendre le temps de mûrir…

Prendre son temps pour mieux vieillir.

Au travers de mon  installation intitulée « Zenitude » je souhaite proposer aux visiteurs une « oasis » de calme et de douceur au sein laquelle il pourra l´espace d´un instant prendre le temps….de se poser, d´observer, de découvrir, de rêver…..

8 lieu dit Le Tertre aux Fuseaux- 22170 BOQUEHO

Tél: 06 25 70 05 16

Mail: audrey(arobase)audrykimmel.com

Sité Internet: http://www.audreykimmel.com/